Rechercher dans ce blog

12 août 2012

Technique picturale adaptée : la malvision de Degas


L’intérêt de la cataracte de Monet résidait dans la possibilité de son  identification au travers de sa peinture (Vision des couleurs: Monet et sa cataracte 08/08/2012). S’agissant du peintre impressionniste Edgar Degas qui avait lui aussi une maladie oculaire, l’impact sur sa peinture est d’un tout autre genre.
Degas a présenté dès 1870, une atteinte bilatérale de la rétine (œil droit suivi à un an de l’œil gauche) d’étiologie inconnue. Cette affection avait passablement perturbé le travail du peintre au point de l’amener à modifier sa façon de peindre tant en ce qui concerne sa technique de peinture que les thèmes choisis pour sa peinture.        
La rétinopathie de Degas s’était  développée  progressivement au cours des années et s’accompagnait comme il est habituel dans ce cas :
v  d’une baisse de l’acuité visuelle, prédominante sur l’œil  droit d’où une vision monoculaire laquelle affectait sérieusement la perception de la vision en profondeur.
v  de photophobie ou sensation pénible produite par la lumière : « Quelles belles choses j’aurais pu faire si la lumière éclatante m’étais moins insupportable. »  nous dit Edgar Degas en rentrant d’un séjour en Louisiane.
v  d’un scotome central ou trou situé au centre du champ visuel : « Je vois votre nez mais je ne vois pas votre bouche. » nous dit le peintre.
v  d’un trouble de la vision colorée apparue à l’âge de soixante ans, il ne voyait les couleurs que lorsqu’elles étaient intenses. 

Au total un ensemble de troubles qui définissait chez Degas une rétinopathie et qui devait conduire le peintre à envisager autrement sa manière de peindre. Que pouvait-il donc faire pour contourner son handicap visuel ? Des arrangements à la fois dans sa pratique picturale et dans le genre utilisé pour abriter de nouveaux thèmes.
 Voyons dans ce message les moyens mis en œuvre par Degas pour contourner dans le domaine technique son handicap  visuel. Un autre billet envisagera son option pour un genre et de nouveaux thèmes en peinture.

v  Degas, disciple d’Ingres, dessinait avec des traits fins. Son acuité visuelle diminuant il avait du les abandonner pour des traits plus épais d’où l’utilisation devenue fréquente chez lui du crayon gras et du fusain. (fig 1)

                                              Femme se séchant les cheveux (fig 1)

v  Dans l’impossibilité de supporter la lumière (photophobie) il vivait et travaillait dans l’obscurité.  Il devait utiliser une paire de lunette spéciale à fente ou des verres fortement teintés. (fig 2)


 (Fig 2)

v  Le trouble de la vision colorée, apparu tardivement était compensé par l’utilisation de couleurs vives et violentes car en deçà d’une certaine intensité des couleurs, il ne les voyait pas. C’est une des raisons pour laquelle il avait progressivement abandonné la peinture à huile et  opté pour le pastel  technique qui lui permettait d’obtenir un travail rapide et la vivacité des couleurs recherchées. (fig 3)


                          Chez la modiste (fig 3)

Degas aura pu ainsi travailler jusqu'à la fin de sa vie grâce à des moyens adaptés qu'il va d'ailleurs mettre en oeuvre dans des genres et thèmes eux-aussi adaptés.

                                                

2 commentaires:

  1. merci ca m'a beaucoup aidé pour mon devoir de francais ! :) au revoir

    RépondreSupprimer
  2. Cette étude m'a énormément aidée pour mon devoir d'SVT ! Merci mille fois :)

    RépondreSupprimer