Rechercher dans ce blog

21 octobre 2013

La Nuit étoilée d’un peintre astronome.

                        Van Gogh astronome      



Arles, place du Forum
la terrasse du café la nuit
1888
          Van Gogh  était  un passionné  d’astronomie et d’astrologie. Les ciels qu’il peignait avaient souvent une ambiance astronomique. Par ailleurs son penchant naturel pour la lecture (van Gogh avait une culture littéraire), se manifestait entre autres pour des ouvrages d’astronomie. Il était l’ami de Camille Flammarion qui venait de faire éditer la première « Encyclopédie d’astronomie ». De là à penser qu’il peignait de vrais ciels, il n’y avait qu’un pas. On en a la certitude depuis qu’un historien d’art l’américain Albert Boime, a montré que les tableaux célestes de van Gogh étaient réels. Pour cet auteur et contrairement à la légende, les ciels de van Gogh n’étaient ceux d’un fou mais tout simplement ceux d’un peintre réaliste.


La Nuit étoilée, 19 juin 1888

          L’étude des tables astronomiques qui précisent quotidiennement (depuis des centaines d’années) la situation et la place respective des astres, permettent de rapprocher et de comparer la description du ciel du 19/06/1889 avec celui la toile de van Gogh du même jour. On découvre alors dans ces tables, que la nuit où Vincent avait peint sa toile, il y avait eu une conjonction de la Lune et de Vénus avec la constellation du Berger. Ce sont précisément ces trois astres que van Gogh a exactement reproduit le jour même de leur présence dans le ciel. Nombre d’autres toiles d’ailleurs affichent des références astronomiques comme dans  Sur la terrasse où l’on a pu identifier la présence de la Grande ourse.

                     Non, la « Nuit étoilée » de  Vincent van Gogh n’a pas été peinte par un fou comme on a pu l’écrire. Elle s’inscrivait au cœur de ses préoccupations picturales quand elle n’était pas induite par la maladie ou la volonté de reproduire un vrai ciel.

                                    Ouvrages consultés pour l'ensemble de l'analyse

Artaud A. Vincent van Gogh le suicidé de la société (1947) Gallimard 1974é

Boime A. – l’Histoire de la matière et la matière de l’Histoire ; Adam Buo 1990

Bariety M. Coury C. - Histoire de la médecine ; les grandes études historiques - Librairie Arthème Fayard - 1963

Crepaldi G. petite encyclopédie de l’impressionnisme – Nuit étoilée 302-303  Editions Solar 2006

Delahaye M.C. L’absinthe – Histoire de la Fée verte – Berger Levraut 1983

Jaspers K. Strindberg et van Gogh – Editions de Minuit 1993

Gastaut H. La maladie de Vincent van Gogh envisagée à la lumière des conceptions nouvelles sur l’épilepsie psychomotrice.    Musée de la Haye 1955

Michel F.B.  La face humaine de Vincent van Gogh – Bernard Grasset Paris 1999

Monneret  S. L’impressionnisme et son époque – Dictionnaire international – Robert Laffont 1980

Van Gogh – Dernières lettre Auvers sur Oise – Editions Mille et une Nuit - 1998

Walther Ingo F. – Metzger Rainer  Vincent van Gogh (première partie) Benedikt Taschen 2001

1 commentaire:

  1. Bonjour Monsieur,

    Je trouve fabuleux vos écrits et je vous en félicite
    Christophe un lecteur

    RépondreSupprimer